Sans Label

"Je vous souhaite surtout d'être vous" J.Brel

A la conventionnelle

Mohamed est un garçon qu’on m’a présenté à « la traditionnelle ».
Sa maman connaissait une amie à ma mère et entre les trois dames, un rendez-vous s’est manigancé.
Je dis bien « manigancé » car en aucun cas, on m’a informée ou prévenue à l’avance.
Sans attendre mon approbation, maman accepte à la furtive, me mettant ainsi devant le fait accompli. Chose qui m’a mise hors de moi. Non seulement, on m’impose un « blind date » mais les entremetteuses en question étaient presque d’un troisième âge, ce qui laissait deviner la qualité du « soupirant ». C’était d’un vieux jeu . ..
A quoi dois-je m’attendre, si l’homme en question se laisse aller à des rendez-vous arrangés par sa chère maman. Et bien à tout sauf à l’homme de mes rêves .
Pour échapper à cette humiliation sans précédent, je refuse acharnement le rendez-vous.
Face à mon refus, ma mère me sort des phrases qui jouaient éperdument sur mes nerfs et surtout mes émotions. « Tu es la plus vieille de tes cousines et toujours pas de mari.. Et moi je veux te voir mariée.. Le mariage est un culte par lequel, on complète la moitié de sa religion.. Blabla Bla ..»
En moins d’une minute, elle a évoqué le mot mariage 10 fois, ce qui faisait beaucoup pour mes pauvres oreilles. Ma tête n’en pouvait plus, mon humilité était à son combe et je devais céder pour en finir au plus vite.
Après tout, qu’est ce que ça va me coûter; une heure de rencard avec un homme lourd, qui porte une chemise à carreaux et qui se coiffe comme un écolier en primaire . ça va être d’un ennui , mais je pourrai supporter .
J’accepte alors de voir le candidat prétendant à condition que ça se déroule en dehors de la maison .
Déjà que c’est assez embarrassant comme ça, il n’était pas question que je m’apprête à subir des présentations faites sous l’œil indiscret de ma mère.
Les mamans respectives ont continué à jouer les intermédiaires pour coordonner sur un lieu, une date et une heure de rencontre.
Le jour venu, je vais à la rencontre de mon inconnu mais l’envie n’y était pas .
J’étais d’une humeur massacrante et tout ce que je voulais c’est terminer avec cette situation de guignols et rentrer chez moi.

A ma grande surprise, Mohamed était un homme mignon, bien instruit et surtout très drôle, ce qui augmenta sa cote d’un cran (Vu que je suis sensible au coté drôle) .Plus je ris et plus je suis conquise.
Il a travaillé 7ans comme ingénieur d’informatique dans une entreprise de renommée à Paris et a décidé de rentrer depuis deux ans à Tunis.
Il a monté sa propre boite et d’après ce que j’ai compris , ses affaires marchaient bien.
Je l’ai trouvé assez plaisant pendant tout le café .
Et ce qui était d’un bon signe c’est qu’on a abordé tout genre de sujet et aucun n’a été épuisé. A chaque fois, il y a avait des choses à dire, à étaler, à relater et à débattre .
La conversation était d’un délice !
Je me surprenais à surveiller le ton de mes rires (fallait pas crier fort, sinon, je passerai pour une fille vulgaire), à arranger mes cheveux toutes les deux secondes( Hors de question qu’une mèche rebelle déborde et me fait une tête décoiffée) et à me regarder dans toute sorte de glace, de cuillère, de miroir ou toute chose reflétant mon image dès qu’il a le dos tourné .
Et d’habitude je ne m’apprête à ce jeu de fille superficielle, que si l’homme en question me plaît.
Les premières fois, on veut toujours faire bonne impression, être jolie, fine et amusante, après on laisse place à nos vrais défauts .

Avant de se quitter, on s’échange nos numéros de téléphone et on se fait des bises gentilles sur la joue : Le rituel de tous deux qui veulent perpétuer la relation . (Ou presque)
Au fil des jours, Mohamed et moi avons essayé d’écarter nos mères respectives et de ne pas les mêler à nos histoires. Ce qui était impossible à faire.
A chaque coup de fil, maman venait faire les interrogatoires, et si je raconte rien , elle m’assomme de ses questions jusqu’à m’étouffer . Une méthode qui marche .

Petit à petit, Mohamed et moi sommes devenus un vrai couple. Nous sortions enfin ensemble.
Les rendez vous hebdomadaires sont devenus quotidiens, et les histoires entre copines ne tournaient qu’autour de mon Jules .Je n’étais plus la pathétique qui chiait ses journées de travail. J’avais la tête ailleurs et je me tapais du boulot et du bureau. J’avais d’autres préoccupations et j’étais sur un petit nuage.
Dans tout ça, je vous raconte pas l’état de joie hystérique de ma mère , elle appelait déjà Mohamed par « Mon beau Fils »
A chaque fois que je lui dis d’arrêter avec ça , elle me fusille du regard , elle n’aimait pas que je la distrais de cette image rêveuse de nous deux mariés .
Man veut me caser au plus vite et être sure que je ne ferai pas partie de ces vieilles filles qu’on regarde de travers, ce qui explique son état de hâte . Moi , par contre , je préfère prendre mon temps et mesurer mes pas .
S’engouffrer dans ce genre de relations s’avère ne pas être toujours la bonne méthode . L’éventualité d’une rupture pourrait être d’un retour à la réalité dur à gober.

Et voilà maintenant  trois mois qu’on sort ensemble, je m’étonnais de voir que la relation ait aussi bien marché.
Il a fallu que je passe par ma mère, que ma mère passe par son amie et que cette dernière tombe sur la maman de Mohamed pour qu’enfin une relation de couple « réussie » voit le jour.
Dans ma tête c’était clair, le problème provenait initialement de moi. Je suis une mauvaise parieuse, ce qui expliquait mes relations boiteuses et mon passé morbide.
A chacune d’elles (mes relations), j’en sortais plus bredouille qu’à la fois qui la précédait..Je n’en gardais que des écorchements au cœur et des morsures dans l’âme .
Aujourd’hui, on m’offre un homme tout prêt sur un plateau d’argent avec zéro effort.
Que demander de plus !

Ps : Inspirée d’une histoire vraie .Mohamed a fini par demander la main de la fille X , un mariage fut célébré une année après leur rencontre et ils vécurent heureux .
Comme quoi, même les rendez-vous à l’aveuglette ça peut marcher de nos jours….

Publicités

6 commentaires sur “A la conventionnelle

  1. marcusvolk
    avril 16, 2013

    Peut-être et certainement le garçon en question était dans le même état que sa mère s’occupe de ses relations amoureuses…

  2. berwisha
    avril 16, 2013

    Oui probablement et puis tout est question de hasard, on a beau s’acharner contre x volonté/décision, on finit par être rattrapée par notre destin/destinée .

    • marcusvolk
      avril 16, 2013

      Ah… le Destin… je le connais bien celui là. J’ai tout fait pour l’éviter, emprunter des chemins de traverses, les contourner, rien n’y fait « on » me fait toujours revenir sur le chemin que je dois emprunter…

      • berwisha
        avril 16, 2013

        Ici on l’appelle le « Maktoub » C’est à dire ce qui est écrit, autrement dit ce que Dieu à écrit et prévu pour chacun de nous.

  3. quincailleculture
    avril 17, 2013

    Bonjour berwisha ! J’ai été nominé pour un liebster blogaward et j’ai à mon tour, nominé 11 blogs, qui méritent d’être découverts et tu fais partie de mes nominés. Tous les détails pour participer ici :
    http://wp.me/p37oUz-yy
    Bonne participation
    QC

    • berwisha
      avril 17, 2013

      Merci de m’en avoir honorée:) On dirait que la saison des liebsters Je jetterai un coup d’œil sur votre tag

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le avril 16, 2013 par dans le mariage, et est taguée , , .
Je dis, tu dis, il dit, nous disons...

Des mots écrits et dits, des textes, des photos pour raconter (un peu) la France et le français

The Daily Post

The Art and Craft of Blogging

The Luxe Report

Indian Fashion Blog By Luxemi

Thought Catalog

Thought Catalog is a digital youth culture magazine dedicated to your stories and ideas.

stories are everywhere

I love people. And their stories.

Les Vendredis Intellos

Avec ou sans mômes, t'as pas perdu tes neurones!!

Marie lit en pyjama

Lire c'est bien, lire en pyjama c'est mieux

Et les kiwis aussi

Blog green lifestyle | Cuisine végétale, slow cosmétique et réfléxions sur le minimalisme et le 0 déchet.

Rv Renard, Le Blog

Buzz, Fun, Emotions, News, Media, Pub, Human Resources, ...

Espace perso de pakita

Un site utilisant WordPress.com

Polinacide

Citron corsé

Un blog, des livres : un Journal

"Un journal comme un travail de prise de conscience. Tenter de noter, pas seulement le monde extérieur [...] mais l'authenticité réfractaire et inviolable de la vie quotidienne" Joyce Carol Oates

levoyagedelola

Le voyageur est encore ce qui importe le plus dans un voyage

Lila Kitchen

Nouvelle adresse du blog: http://www.lilakitchen.com/

Fashion Is All That

Fashion, Beauty and Lifestyle

Enlivrons-nous, le blog d'Emily

De vin, de poésie, ou de vertu à votre guise, mais enivrez-vous ! Charles Baudelaire

%d blogueurs aiment cette page :